Lutte contre les clichés et test de la plante verte

09.09.2021
3/2021
  • Inspiration

Selon Jung von Matt, il faut en finir avec les super mamans et femmes au foyer faisant le ménage avec passion, les papas étourdis et les machos amoureux de leur voiture. L’agence de publicité suisse a mis en ligne un test de créativité juste à temps pour la Journée mondiale de la femme: «le #protocoledegisler préconise la représentation diversifiée des genres dans la communication, dans le marketing et, en particulier, dans la publicité», stipule-t-il.

Il explique que les représentations stéréotypées des sexes sont toujours omniprésentes. Cinq règles doivent contribuer à accepter une multitude de perspectives, à postuler l’égale valeur des différents modes de vie et à laisser les années 50 définitivement derrière nous.

Les entreprises reconnaissent de plus en plus la responsabilité qu’elles endossent en matière de représentation à l’égard de l’opinion publique, et c’est de leur devoir. Les campagnes publicitaires comme celle de Digitec, dans laquelle les commandes de la console de jeu Xbox sont comparées aux «seins de la Vierge Marie», sont de plus en plus critiquées.

Toutefois, le sexisme fait toujours partie intégrante du paysage publicitaire, y compris dans notre pays. Une analyse réalisée par l’institut de recherche et de formation DécadréE sur le thème de l’égalité des genres dans les médias a révélé qu’un quart des affiches publicitaires dans la ville de Genève utilisent encore des stéréotypes de genre.

Des manifestes tels que le #protocoledegisler, qui, en employant un langage inclusif, remettent constamment en question les idées, les scripts et les concepts «clichés» et qui sensibilisent la clientèle, sont donc toujours nécessaires. Le test de la plante verte prouve que cela n’est pas si compliqué: en effet, si le rôle d’une femme peut être remplacé par une plante verte ou un chien, les professionnels des médias et de la publicité doivent se poser des questions.

Voici, les cinq revendications du #protocoledegisler:

#1 SOUS-ENTENDRE NE SUFFIT PAS

Nous veillons à employer un langage inclusif. Même le Duden (dictionnaire allemand) a supprimé le masculin générique. Nous utilisons toujours les formes masculine et féminine ou une forme neutre qui représente tous les sexes.

#2 QUI CHERCHE TROUVE

Nous favorisons l’égalité des chances dans la collaboration avec des personnes externes. Nous recommandons à notre clientèle un choix équilibré de partenaires de coopération et nous engageons en faveur d’une diversité de perspectives.

#3 FINI LES ANNÉES 50

Nous évitons les modèles stéréotypés et montrons différents modes de vie. Nous nous assurons ainsi que nous reflétons la réalité de la Suisse et contribuons à la #luttecontrelesclichés.

#4 SE REMETTRE EN QUESTION

Nous sensibilisons notre clientèle à sa responsabilité en matière de représentation des genres et l’aidons à communiquer de manière pertinente, contemporaine et sans clichés.

#5 PERSONNE N’EST UNE PLANTE VERTE

Nous identifions et changeons les idées dans lesquelles la femme n’apparaît pas ou dans lesquelles le rôle de la femme peut être remplacé par une plante verte ou un chien. L’époque des passagères décoratives et des mères bienveillantes en retrait est révolue.