Avenir circulaire: réutiliser au lieu de gaspiller!

09.09.2021
3/2021
  • Point de vue

«Zéro net», économie circulaire, gestion durable des ressources – des défis politiques qui trouvent un soutien auprès de (presque) tous les partis. Tout est parfait? Aucune raison de s’inquiéter? Aucune mesure à prendre? Pas du tout!

De nombreux professionnels du bâtiment et surtout les politiciens continuent de privilégier les nouvelles constructions et d’autres réalisations prestigieuses, du moins sur le plan émotionnel, à l’entretien et au maintien de la valeur des infrastructures existantes. La valeur de remplacement de l’ensemble des infrastructures techniques suisses (réseaux de transport, d’électricité, d’eau et de communication, élimination des eaux usées et des déchets, ouvrages de protection, centrales électriques, etc.) s’élève à environ 1 billion de francs.

Il est évident que le maintien et l’entretien de ces nombreux ouvrages représentent un énorme défi pour la Confédération, les cantons et les communes. Des infrastructures en état de fonctionnement constituent un pilier essentiel de l’attractivité de la place économique et de la prospérité de la Suisse. Une stratégie à long terme en matière d’infrastructures s’impose et il est urgent de l’élaborer. Afin que notre espace construit reste financièrement supportable, les infrastructures existantes doivent être utilisées et entretenues de manière optimale. Cette condition doit être remplie avant d’examiner le caractère durable et la faisabilité financière de projets de développement des infrastructures.

La préservation ne signifie en aucun cas conserver les infrastructures en l’état, mais les moderniser en les adaptant aux nouveaux besoins (par exemple, davantage d’espace pour les piétons et les vélos) et, idéalement, aussi aux exigences futures prévisibles. En plus de cette valeur ajoutée, cela génère une consommation de ressources et des émissions de gaz à effet de serre nettement moindres que de nouvelles constructions. Pourquoi? Parce que l’énergie grise, ou les émissions de gaz à effet de serre grises, que représentent les édifices sont plus en plus en importantes par rapport aux émissions générées lorsqu’ils sont en service.

Je me réjouis d’un avenir avec une économie circulaire qui ne se contente pas du recyclage, mais qui évite la consommation d’énergie ainsi que les déchets et qui récompense la réparation et la réutilisation. L’ère de la «sharing and circular economy» a débuté et va s’accélérer. IKEA a commencé, dans différents pays, à louer des meubles au lieu de les vendre, Airbnb représente depuis longtemps une alternative à la réservation d’hôtels, et les espaces de coworking ont le vent en poupe – tout cela devrait faire réagir même les plus sceptiques. Mahatma Gandhi a dit: «L’avenir dépend de ce que nous faisons aujourd’hui.» Mettons-nous donc en route sans plus attendre.

Benno Singer
Président du conseil d’administration
ewp Holding AG