Progresser ensemble

4. Mars 2021
1/2021

Le développement des activités, le soutien aux comités et la relation avec les membres de l’ASC reposent entre les mains de Claire-Lise Rimaz en Suisse romande et d’Alexia Bertschi en Suisse alémanique. Ensemble, ces deux femmes ambitionnent de renforcer la position de l’ASC.

Qu’est-ce qui vous rend spéciale?

Claire-Lise Rimaz: J’aime sortir de ma zone de confort, expérimenter de nouveaux territoires, m’engager pour de nouveaux défis. De Fribourg à Zurich, en passant par Lausanne et Paris, tout recommencer à chaque fois ne me fait pas peur.
Alexia Bertschi: J’aime travailler et rire avec les gens, j’aime les défis et j’arrive à trouver le positif dans la plupart des situations.

D’où venez-vous?

Alexia Bertschi: J’ai grandi dans l’entreprise d’hôtellerie et de restauration de mes parents – l’esprit entrepreneurial et l’hospitalité ont toujours fortement influencé mon orientation professionnelle.
Claire-Lise Rimaz: D’une famille composée de personnalités aux aspirations politiques diamétralement opposées. Mon attachement à un art du débat respectueux et ma curiosité insatiable se sont indéniablement forgés au rythme de nos repas de famille.

Qu’est-ce qui vous motive dans la vie?

Claire-Lise Rimaz: Apprendre encore et toujours. De nature éclectique, j’ai sans cesse envie de découvrir de nouvelles façons de faire.
Alexia Bertschi: Au fond, ce sont toujours les liens avec les gens qui donnent de la valeur à la vie (Wilhelm von Humboldt, une de mes citations préférées).

Comment pouvez-vous mieux aider les autres?

Claire-Lise Rimaz: En veillant à toujours bien comprendre quelles sont leurs aspirations et ce qui les anime.
Alexia Bertschi: Je considère et promeus les 3C comme essentiels au niveau professionnel: coopération, collaboration et communication.

Quel est votre plus grand espoir pour l’avenir?

Alexia Bertschi: Demain dépend de ce que nous faisons aujourd’hui. En ce sens, je souhaite que nous traitions tous aujourd’hui notre monde professionnel et privé avec le même soin que nous aimerions le trouver demain.
Claire-Lise Rimaz: Le monde vit de nombreux bouleversements, que ce soit au niveau climatique, économique ou sociétal. La solidarité sera, je l’espère vivement, la clé de voûte de notre adaptation aux nombreux défis qui nous attendent.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre l’ASC?

Alexia Bertschi: D’un point de vue professionnel, j’œuvre depuis de nombreuses années dans le développement de carrière, la garantie de l’employabilité, le leadership et la numérisation. L’ASC offre une plate-forme très importante pour la mise en réseau et le développement des dirigeants – j’apprécie ce positionnement et je suis ravie de pouvoir m’y impliquer de manière durable.

Comment l’ASC peut-elle séduire la nouvelle génération qui peine à s’intéresser au monde associatif professionnel?

Claire-Lise Rimaz: Je suis issue de la fameuse génération des Millenials, celle parfois considérée comme inadaptée au monde du travail et habituée à une temporalité plus rapide que celle de l’entreprise. Cette génération fait face et contribue à de nouvelles façons de travailler et de réseauter. L’ASC bénéfice de nombreux atouts pour séduire celles et ceux qui souhaitent faire bouger les lignes. Nous devons toutefois nous adapter pour les en convaincre.
Annonce