Le futur entre nos mains

23. Novembre 2020
4/2020

La Suisse comme le monde n’en est pas à sa première révolution. Si nous en sommes toujours sortis gagnants in fine, ce n’est pas sans mal que les transitions se sont opérées durant ces derniers deux siècles.

Aujourd’hui, avec l’avènement de nouvelles technologies telles l’IA, la blockchain, le cloud ou encore la réalité augmentée, nous sommes à l’aube d’une nouvelle grande transition qui s’annonce turbulente. Ce n’est pas seulement ces technologies qui sont spécifiques à cette révolution, mais:
  • La convergence définie par la rencontre de thèmes émergents qui dans leurs interactions et intersections démultiplient leurs effets, donnant naissance à d’innombrables innovations;
  • La complexité qui décrit notre incapacité à saisir l’ensemble des interactions dans leur inextricabilité;
  • L’exponentialité qui définit la vitesse avec laquelle la technologie évolue, induisant ainsi une compression exponentielle du temps.
Même si le sentiment d’urgence et d’angoisse face à ce torrent de changement fut longtemps estompé par notre biais cognitif à surestimer l’impact des technologies sur le court terme et à le sous-estimer sur le long terme, l’anxiété nous gagne. Employeurs comme employés se sentent de plus en plus démunis face à leur futur et au futur du travail en général. Le sentiment d’impuissance croît, l’obsolescence des compétences humaines aussi …
Si certaines tendances environnementales, comme le réchauffement planétaire, ou sociales, comme le vieillissement de la population, sont inéluctables et vont sans nul doute dessiner les contours du futur de notre pays et celui du travail, la puissance du rêve, de la créativité et de la volonté sont des forces inestimables que nous pouvons et devons canaliser.
Les Suisses façonnent le présent de leur pays à l’image de leurs souhaits collectifs à chaque élection. Notre système démocratique est exceptionnel. S’il est certes un peu lent à l’ère de l’exponentialité, il nous a permis de construire un édifice solide dont nous sommes fiers.
Il est temps aujourd’hui d’appliquer le concept de cocréation au futur et de développer ce qui s’appelle la littéracie des futurs.
Tout en intégrant les tendances inévitables dans nos réflexions, créons collectivement des images fortes et ambitieuses pour notre pays, nos industries et nos métiers, afin que l’éducation puisse anticiper et préparer la relève à bâtir des ponts vers ces avenirs dans lesquels la Suisse est et reste un pays d’opportunités et de prospérité.
Le futur est entre nos mains.